Paul Mignard La boutique de Sorrensen, 2020, 38 x 55 cm, pigments sur panneau d’okumé
Greenhouse- States of Mind de Jean-Pascal Flavien en collaboration avec SOFT BAROQUE projet en réalité virtuelle produit par Fabre
Lamarche-Ovize

Alexandra Fau est commissaire d’expositions, critique d’art et enseignante en histoire de l’art. Elle a organisé plusieurs expositions sur les relations entre art et architecture (« Architecture invisible ? », « Architecture au corps », « Chez soi »), et art et design (« la tyrannie des objets »). La question de la narration est également au cœur de chacun de ses projets (« Micro-fictions », « L’archéologie, un mythe contemporain »). Avec Mécènes du Sud – Montpellier- Sète, elle inaugure une exposition sur la prolifération de l’information et notre relation au savoir « Dropping Knowledge » (2018). 

Ses interrogations sur l’émergence d’un art dont la destination finale est à jamais indéterminée, son espace d’apparition sans cesse à redéfinir, et ses outils de diffusion à repenser l’ont amenée à partir en quête d’un mentor, en la personne de Virginia Dwan. Cette recherche soutenue par l’Institut Français a donné lieu à l’exposition « Fertile Lands » (janvier-mars 2016) à la Fondation Ricard (Paris), suivie d’une recherche curatoriale pour le Centre National des Arts plastiques : http://www.cnap.fr/laureats-des-bourses-de-recherche-curatoriale-du-cnap-2016

Elle s’intéresse actuellement aux années algériennes de Fernand Pouillon dans le cadre de la Résidence Sur-Mesure Plus de l’Institut Français et voit en l’architecte un plasticien compilateur de formes rémanentes.

Elle est en charge parallèlement de la programmation in-situ chez Fabre (Paris) depuis 2018.

article de Judicaël Lavrador paru le 1er novembre 2019 dans Beaux-Arts magazine sur les coulisses de l’art contemporain